548

Des troncs en sommeil,
Les voilà pelés !
Et l’amour du pin au nez.