J’écris des haïkus. Errant sur les contours silencieux de l’étanchéité des beaux ennuis et des artéacts esseulés de la pensée sauvage. Je suis Le vagabond bleu.

© Depuis 2016 – Le vagabond bleu, un projet littéraire porté par Raphaël Beaupied

806

J’ai un pied qui reste,
Qui reste pour aimer haut
Le rouge leste des arbres.

You cannot copy content of this page