J’écris des haïkus. Errant sur les contours silencieux de l’étanchéité des beaux ennuis et des artéacts esseulés de la pensée sauvage. Je suis Le vagabond bleu.

© Depuis 2016 – Le vagabond bleu, un projet littéraire porté par Raphaël Beaupied

856

Montagne n’est belle que
Pour l’homme qui la délace –
Femme buvant le ciel nu.

You cannot copy content of this page